Bruno Cohen
Photographe professionnel à Senlis et Lamorlaye

Bruno Cohen, âgé de 48 ans, est photographe professionnel depuis 1990, avec un studio principal à Senlis, et depuis 2014,  un second studio à Lamorlaye. Passionné de reportage, il a été sacré Meilleur Ouvrier de France pour la qualité de son travail.

 

Découvrez son portrait.

Quand et comment êtes-vous devenu photographe professionnel ?

J'ai grandi dans une famille de photographes, et mon père m'a offert mon premier appareil photo lorsque j'avais 9 ans. Ainsi, au collège et au lycée, j'étais le seul à maîtriser un appareil photo reflex, et à développer les photos noir et blanc moi-même. C'est grâce à ça que j'ai pu réaliser des shootings photos au lycée et même un clip musical tourné en super 8 l'année du Bac. Après un Bac scientifique, j'ai fait une année de préparation aux Beaux-Arts, puis un BTS en photographie à Bruxelles.

Comment avez-vous évolué, d’un point de vue humain et professionnel ?

J'ai vécu dans deux capitales, mais je ne me sentais pas à l'aise dans ces métropoles. C'est pour ça que j'ai décidé de revenir travailler dans l'Oise. A l’âge de 23 ans, mon père est décédé brutalement et j'ai décidé de reprendre les rênes du studio familial. J'ai mis plusieurs années à réorganiser l'entreprise familiale afin de pouvoir consacrer plus de temps à la prise de vue et moins à la gestion de l'entreprise. Il y a deux domaines où je me sens bien en photo : le reportage, que ce soit pour des entreprises ou des particuliers lors de mariage, et le portrait sous toutes ses formes.

Pourquoi avec choisi ce métier ?

J'ai choisi ce métier par passion, parce qu'il permet de créer du rêve. Je suis depuis très jeune convaincu que nous sommes ce que nous faisons … et la photographie permet de laisser quelques traces de notre passage sur la planète. C'est peut-être un peu illusoire, mais je me dis aussi que j'ai apporté du bonheur à plein de gens avec mes photos, et je crois que c'est bien.

Quels conseils pouvez-vous donner à ceux qui souhaitent se lancer dans la photo ?

Je crois qu'il est important pour tout photographe de toucher le cœur de ses spectateurs avec une histoire dans chaque image.

Quels prix avez-vous obtenu ?

J'ai commencé à faire des concours photo dès les années 2000, d'abord pour me mesurer à mes confrères. J'ai décroché le titre de Portraitiste de France en 2002, en 2009 et en 2015, avec la mention Honneur. J'ai aussi décroché une mention au concours de l'Objectif d'Or en 2005, mais dernièrement j'ai réussi le prestigieux concours des Meilleurs Ouvriers de France.

Quels sont les clés pour réussir sa participation à un concours ?

Le thème du concours "l'Oise en clichés", "Nouveaux regards sur la ruralité", est précis mais laisse une grande part à l'interprétation. C’est pourquoi, je suggère à ceux et celles qui vont participer à ce concours de commencer par réfléchir à ce que leur évoquent les mots du thème.  On peut penser à des couleurs, à des lieux, à des personnes, ou même à des souvenirs personnels associés à ces mots.

 

Pour ma part, si je devais moi-même participer à ce concours, j'irais à la recherche de quelqu'un qui a fait quelque chose d'exceptionnel en milieu rural dans le département. Je chercherais à rencontrer cette personne, et je proposerais de faire quelques images à domicile ou au travail.  J'essaierais à la fois de capter des actions et des réactions, mais aussi de tenter d'intégrer une histoire dans l'image.

 

Découvrez son art sur studiobrunocohen.com